Syndicat National des Médecins Français
Spécialistes de l'Appareil Digestif

Editorial du Président

LE JOURNAL ELECTRONIQUE DU SYNMAD N° 115

  1. Éditorial
  2. Actualités et informations
    2.1. Communiqué de Presse du 12.11.14 – Dr Thierry HELBERT : Règles de prescription du Sofosbuvir dans le traitement de l’hépatite C 
    2.2 Le e-journal d’hépato-gastroentérologie du 12.11.14 : Votre prescription de Sovaldi validée par une RCP hospitalière universitaire : vous êtes menottés et demain serez en prison !!!
    2.3 Communiqué de Presse 1er Décembre 2014 – Dr Thierry HELBERT
    2.4 ACCESSIBILITE DES CABINETS - Information du Secrétaire Générale de la CSMF - Dr. Pierre LEVY - (27.11.14)
    2.4 UMESPE - ETATS GENERAUX DE LA MEDECINE SPECIALISEE - La médecine spécialisée est en danger !
  3. Rubrique Questions/Réponses
  4. Annonces
  5. Remerciements à l’industrie
  6. À propos du Journal Électronique du SYNMAD

    AFFICHES A TELECHARGER

Oui, vous êtes Hépato-Gastroentérologue. Oui, les traitements de l'hépatite C changent. Oui, ils sont plus chers que les autres. Et pourtant, quand ils étaient difficiles à manier avec une trithérapie, de forts effets secondaires, une réponse imparfaite, et une durée d'un an, nous avons tous pu prescrire librement ce traitement avec, en prime, la peur de voir se déclencher la cascade interminable d'effets secondaires. Parfois, même, nous rajoutions un peu d'EPO pour « tenir » le malade et le coût s'en trouvait largement majoré.

Aujourd'hui, les traitements sont simples, quasiment sans effets secondaires, de durée QUATRE FOIS PLUS COURTE (souvent 12 semaines au lieu des 48 semaines d'avant). Et pourtant, tous les barrages se dressent pour vous empêcher de prescrire. En toute logique, vous vous êtes dit « les tutelles se sont fourvoyées, intoxiquées par Big Pharma, elles vont vite corriger leurs erreurs ». Détrompez-vous.

Le brouhaha médiatique vous a tenu informé. Oui, le produit est délivré, mais avec une nécessité de RCP en pôle de référence pour valider votre prescription. Vous venez de perdre tout à la fois votre liberté de prescription et la reconnaissance de votre diplôme d'Hépato-Gastroentérologue.

Puisque les hépato-gastro-entérologues de deuxième zone que vous êtes, vous, libéraux incultes ou salariés d'hôpitaux mineurs, ne pouvez soigner les malades qui vous font confiance que si votre prescription est « validée » par des gastro-entérologues de plus grande valeur dits indifféremment référents, experts, mais surtout exerçant dans le « POLE ».

La presse vous a largement informés (effet d'annonce ??), que la négociation menée par les pouvoirs publics avait permis de réduire de 30% le prix demandé par le laboratoire vendant le SOFOSBUVIR (molécule issue de la recherche d'une start-up – Pharmasset inc- rachetée à prix d'or !! -11 milliards de $ - !!). Le laboratoire n'est ici qu'un commerçant, un intermédiaire, et ne peut surtout pas se targuer d'avoir investi la moindre roupie dans la recherche !!!

Il y a pire, et le diable arrive : vous trouverez, annexé à ce journal faxé, le Communiqué de Presse de Madame la Ministre de la Santé ! Le ministre se vante du succès de sa négociation tarifaire, mais, surtout, elle annonce l'accord donné en ATU pour un traitement « d'une nouvelle génération ». Comment accepter une telle manipulation quand on sait que ce nouveau traitement est une association de Ledipasvir et de…Sofosbuvir.
Et, que deux autres molécules, pouvant être associées avec le Sofosbuvir, actuellement en ATU, le Daclastavir et le Simeprevir sont en attente du prix avant mise sur le marché !!! J'oubliais un petit détail (de diable) plus subtil : le laboratoire de cette association est le même que celui qui « sous-traite » le Sofosbuvir !!!

Rien (rien du tout !) ne permet de penser que la promotion de ce « nouveau » produit à travers le communiqué de presse pourrait être un deal diabolique entrant dans la négociation de la baisse de prix du Sofosbuvir ; vous avez dit conflit d'intérêt ????

Pour vous remercier de tant d'indulgence aveugle, vous n'avez pas le droit de prescrire librement, et vous êtes déjà l'enjeu d'une publicité gouvernementale (faiblement déguisée) pour un produit en ATU !

Que faire ??? Vous avez, aujourd'hui, une petite porte de libre parole et de contestation !
Grâce au SYNMAD :
nous vous proposons de signer la pétition sur le site du Synmad, dès lecture de ce journal faxé. Elle vous permet d'exprimer votre exaspération, elle vous aide à garder la tête haute et à rappeler que vous n'êtes pas dupes.

Nous n'avons pas besoin de boussole, nous n'irons pas au « pôle » !

Dr. Jean Paul JACQUES
Secrétaire Général

Le Synmad appelle tous les hépato-gastroentérologues

à rejoindre le mouvement de grève

du 24 au 31 décembre 2014 :

Fermeture des cabinets – Aucune permanence des soins.

Le Synmad demande le retrait immédiat du Projet de Loi de Santé  qui signifie :

  • L’étatisation du système de soins libéral ;
  • Le tiers-payant généralisé obligatoire ;
  • Le transfert des compétences médicales à d’autres professionnels de santé ;
  • La remise en cause de la liberté d’installation sous l’autorité des ARS ;
  • L’organisation centrée sur l’hôpital public ;
  • Le démantèlement de la convention médicale nationale au profit d’une convention régionale, voire individuelle sélective.

Contact presse :

Dr. Thierry HELBERT – Président

        AUX HEPATO-GASTROENTEROLOGUES

Chers Confrères,

Vous trouverez ci-dessous le Communiqué de Presse du SYNMAD concernant le mouvement de grève du 24 au 31 décembre 14.

Bien cordialement.

Dr. Thierry HELBERT

Président

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SYNMAD

Le Synmad appelle tous les hépato-gastroentérologues à rejoindre le :

mouvement de grève

du 24 au 31 décembre 2014 :

Fermeture des cabinets – Aucune permanence des soins.

  • Le Synmad demande le retrait immédiat du Projet de Loi de Santé  qui signifie :
  • L’étatisation du système de soins libéral ;
  • Le tiers-payant généralisé obligatoire ;
  • Le transfert des compétences médicales à d’autres professionnels de santé ;
  • La remise en cause de la liberté d’installation sous l’autorité des ARS ;
  • L’organisation centrée sur l’hôpital public ;
  • Le démantèlement de la convention médicale nationale au profit d’une convention régionale voire individuelle sélective.

Dr. Thierry HELBERT

Président

 

  La médecine spécialisée est en danger, sans mobilisation elle risque de disparaître !

La CSMF et sa branche spécialiste, l’U.ME.SPE. agissent !

Et vous, que ferez-vous le 7 décembre ?

Rejoignez les Etats Généraux de la médecine spécialisée libérale !

Si vous n’êtes inscrit, faites-le dès maintenant !

N’attendez pas le Gouvernement efface les médecins spécialistes libéraux du système de soins, participez !

Voir le programme

S’inscrire en ligne

 

Infos pratiques

Les Etats Généraux se déroulent

le dimanche 7 décembre

de 9h00à 13h00

NOVOTEL PARIS EST

Porte de Bagnolet

1, av. de la République

93177 BAGNOLET

Chers Confrères,

Vous trouverez le lien pour atteindre le  module de pré-évaluation de nos cabinets qui a été mis en place par le Gouvernement.

Ce module ne servira qu’à vous donner une idée des travaux à exécuter et, en cas de nombreux points non évalués ou hors normes, nous vous conseillons de vous faire aider ensuite par un prestataire.

Cordialement.

Dr. Thierry HELBERT

Président

Le SYNMAD prend acte de la décision du Ministère de la Santé d’outrepasser les recommandations de la Haute Autorité de Santé et de l’Association Française d’Étude du Foie dans le traitement de l’hépatite C par le Sofosbuvir.

Le SYNMAD dénonce la nécessité d’une réunion de concertation pluridisciplinaire dans les pôles de référence hépatites pour délivrer un traitement qui respecte les indications de l’AMM.

Le SYNMAD rappelle que la qualité et la sécurité des soins sont également dispensées en médecine libérale et en médecine hospitalière publique et que cette exigence naturelle ne justifie pas la mise en place de cette contrainte.

Le SYNMAD tient à souligner que les 31 pôles actuels de références hépatites seront insuffisants pour traiter, dans un temps acceptable, l’ensemble des dossiers et que cela sera source de retard de prescriptions de traitements et, donc, d’accès égalitaire aux soins pour les patients atteints d’hépatite C chronique évolutive.

Le SYNMAD dénonce cette obligation technocratique coupée de la réalité et subordonnée non pas à la qualité et à la sécurité des soins mais au problème du coût du traitement, coût qui a été défini par le Ministère de la Santé.

Le SYNMAD demande expressément que l’annexe 1 du Journal Officiel soit révisée pour permettre aux hépato-gastroentérologues libéraux mais, également, à ceux exerçant en centre hospitalier général, de traiter, sans retard, selon les recommandations AMM, tous les patients atteints d’hépatite C chronique évolutive.

Contact presse : Dr. Thierry HELBERT - Président

Le Synmad vous a alerté le mois dernier sur les dangers de la recommandation de la HAS pour le traitement de l'hépatite C.

N
ombreux sont ceux qui nous ont approuvés, mais plus nombreux encore ceux qui doutaient de notre clairvoyance. Ils pensaient ce genre de posture inutile, voire dépassée ? Et pourtant, aujourd'hui, on vous censure vos prescriptions. Ils ont cru à la parole donnée ? Ils ont pensé logique un partenariat public/privé ? Le petit chaperon rouge n'est pas suivi par le loup parce qu'il est rouge, mais parce qu'il est appétissant.

L
e praticien libéral n'intéresse le praticien hospitalier que parce que le nombre de ses dossiers est important : comprenez, en langage « scientifico-enarco-universitaire : il a une belle file active (traduction désastreuse de Active File) et j'aimerais bien la lui piquer !

Tout imprégné du syndrome de Stockholm, et d'une éducation universitaire biaisée qui veut nous faire croire que l'exercice libéral de la médecine est un pis-aller, compensé par une pâle indemnisation financière, l'abominable praticien libéral, accroché à ses ducats finit par accepter qu'il ne mérite aucune reconnaissance. Votre exercice vénal, avec paiement à l'acte, fait de vous un coupable consentant. Si, de plus, on utilise des méthodes organisées politiquement et légalement, pour empêcher un travail aussi déshonorant, c'est bien fait pour l'abominable libéral ! LE TOUR EST JOUE, LA VICTIME SE SENT COUPABLE.

Vous allez nous dire que c'est encore de la pure fiction ? Et bien non, le Journal Officiel vient de nous donner une nouvelle preuve de la naïveté de nos confrères hépatologues : oui, il est désormais obligatoire de présenter tout dossier de traitement par SOFOSBUVIR en RCP « au sein des pôles de références ». Autant dire, arrêt pur et simple des prescriptions libérales. Et oui, ils l'ont fait. Et oui, ils ont osé. Ils sont même allés au-delà des recommandations de la HAS !

Malgré quelques-uns, parmi nous, qui s'insurgeaient des recommandations de l'AFEF concernant les antiviraux, et des jeux de manche outragés de son secrétaire général, jurant ses grands dieux que coercition était un mot banni de l'hépatologie française, beaucoup y ont cru, sauf quelques syndicalistes paranos et quelques libéraux obstinés.

De fait, l'AFEF n'a rien fait d'autre que soutenir une loi qui oblige les prescriptions de SOFOSBUVIR à passer par une RCP en pôle de référence, donc purement hospitalière publique, au nombre de 31 en France !!! Où est la liberté de prescription ? Où est la médecine spécialisée de proximité ? Où est la reconnaissance d'un diplôme équivalent validé par l'Ordre ? Où est la grande idée de notre Ministre sur l'accès au meilleur soin pour tous et partout ?

Alors, révoltez-vous maintenant, même si vous n'êtes pas hépatologue, car ils préparent une suite : une sauce coloscopie avec un versant compte-rendu à la « Prévert », pour vous empêcher définitivement de dormir après avoir fait votre programme de coloscopies, tellement sûr d'avoir oublié quelque chose !! Parions qu'ils en feront une loi et que vous aurez alors les menottes à la main et aux pieds.

Ne craignez rien, ils préparent le bâillon, car il ne manquerait plus que vous ayez l'outrecuidance de vous plaindre, il vaut mieux vous faire taire !!
La liberté perdue se retrouve avec difficulté mais elle se gagne, avec les dents, avec les poings.

Bien évidemment, le Synmad va utiliser toutes les voies possibles, juridiques si nécessaires, pour faire casser cette décision inique !

Cet épisode n'est que la première traduction hépato-gastroentérologique de la volonté de faire disparaitre la médecine libérale spécialisée, promis dans le projet de la loi de Santé et doit vous convaincre, si besoin, de participer massivement au mouvement de grève nationale de fin d'année !


Dr. Jean Paul JACQUES
Secrétaire Général

mercredi 12 novembre 2014

CHERCHE ASSOCIES ET OU SUCCESSEURS

Definition du poste : groupe de 5 gastroentérologues cherche associés et/ou successeurs à deux des associés.

Plateau technique complet sur deux établissements privés avec endoscopie diagnostique et interventionelle dont échoendoscopie et cathétérisme rétrograde, unité de chimiothérapie ambulatoire et lits d'hospitalisation.

Activite de Cs, d'endoscopie haute, de proctologie médicale, de vidéocapsule et d'explorations fonctionelles dans un cabinet independant.

Possibilité pour un sixième associé dès maintenant ou une succession en 12/2015 et 12/2016, Remplacements possibles et souhaitables
Contact  : Dr. Nicolas d'Aubigny 0676270767

 

LE JOURNAL ELECTRONIQUE DU SYNMAD N° 114

  1. Éditorial 
  2. Actualités et informations
    Le e-journal d’hépato-gastroentérologie du 22.09.14 : Une RCP pour le traitement de l’hépatite C : le Synmad dit non !
    Accessibilité des cabinets : Information du Secrétaire Général de la CSMF, le Dr. Pierre LEVY
    Flash info N°41 du 27.10.14 : Contrat d’Accès aux Soins
    Flash info N°42 du 28.10.14 : La médecine spécialisée libérale en danger
    Le e-journal d’hépato-gastroentérologie du 3.11.14 : Le nouveau site du Synmad est arrivé !
  3. Rubrique Questions/Réponses
  4. Annonces
  5. Remerciements à l’industrie
  6. À propos du Journal Électronique du SYNMAD
Page 25 sur 26