Syndicat National des Médecins Français
Spécialistes de l'Appareil Digestif

ACCESSIBILITE

La date limite de dépôt des Agendas d’Accessibilité Programmée (Ad’Ap) est toujours le 27 Septembre 2015 et nous pensons qu’un certain nombre d’entre-vous ont déjà entrepris la démarche de rédaction de cet Ad’Ap.

De nouvelles mesures viennent de paraitre sur une éventuelle prorogation de la durée de l’Ad’Ap en fonction des difficultés techniques et financières.

Vous trouverez, ci-après, le lien vous permettant de trouver la dernière lettre de l’accessibilité avec des articles intéressants, tant sur la prorogation que sur les aides aux financements.

Bien entendu, nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire.

 

http://www.e-lettre.developpement-durable.gouv.fr/dma--la-lettre-de-la-dma-/annee-2015/lettre-de-l-ad-ap-n--5---16-juin-2015/rubrique26735.html

 

les hépato-gastroentérologues, il n’y a qu’une structure efficace :
le SYNMAD
.
Nous vous demandons donc de renouveler votre adhésion au SYNMAD
par le versement de votre cotisation.
Cette cotisation de 190 euros n’a pas augmenté pour l’année 2015.
Affirmez votre participation, votre combat et votre présence à nos côtés.
Nous ne vivons que de nos cotisations. Merci.

 

1. Éditorial - 2. Actualités et informations - 2.1 Journal faxé du 27.04.15 – Dr Jean-Paul JACQUES : QUI SEME LE VENT - 2.2 Flash info du 4.05.15 – Dr Thierry HELBERT : CAS - 2.3 Flash info du 7.05.15 – Dr Thierry HELBERT: PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE C PAR LES HGE LIBERAUX - 2.4 Communiqué de Presse du 7.05.15 – Dr Thierry HELBERT - PRISE EN CHARGE DE L’HEPATITE C PAR LES HGE LIBERAUX : LETTRE D’INSTRUCTION RELATIVE A L’ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DE L’HEPATITE C PAR LES NOUVEAUX ANTI-VIRAUX D’ACTION DIRECTE (NAAD) - 3. Rubrique Questions/Réponses - 4. Annonces - 5. Remerciements à l’industrie - 6. À propos du Journal Électronique du SYNMAD

 

Tels sont certains des fondamentaux du rugby, tels ont été les principes qui ont dicté ma présidence syndicale durant ces six dernières années.

Je laisse bien volontiers à la profession le soin du bilan de mon mandat. Je tiens néanmoins à souligner que j'ai toujours eu le souci de défendre la majorité d'entre nous en prônant certes l'excellence ou du moins en tentant de s'en approcher mais en luttant contre les élites de quelque nature qu'elles soient, politique, financière, professionnelle voire hépato-gastroentérologique !

Ce challenge a été probablement le plus ardu tant il faut savoir ménager la chèvre et le chou sans ne jamais renier ses convictions et ses certitudes.

L'augmentation, certes modérée mais patente, du revenu avec une augmentation du BNC moyen de 10% en 6 ans, la sanctuarisation des actes de base que sont la coloscopie et la gastroscopie, la construction et l'aboutissement d'un nouveau mode de rémunération : la ROSP, la naissance avec le rôle prépondérant du SYNMAD de notre CNP, l'aboutissement d'un organisme unique de DPC, la défense de votre FMC-HGE, apparaissent, pour moi, comme les essais transformés de ce mandat.

Toutes ces actions ont pu aboutir grâce à une équipe soudée et je tiens à remercier publiquement mes deux piliers, Jean-Paul JACQUES et Denis CONSTANTINI, qui ont su tenir la mêlée au plus fort du combat.

Des remerciements appuyés également à toute l'équipe du Conseil d'Administration et à nos deux secrétaires, Graciette et Sandrine, qui ont su m'accompagner avec dévouement et compétence et ont été parfois, je l'espère pas trop souvent, un exutoire quand la coupe était pleine.

Comme dans tout sport d'équipe, il faut savoir insuffler régulièrement du sang neuf tout en s'appuyant sur un collectif bien rodé, et nul doute que Franck DEVULDER et son staff ont toutes les qualités et compétences pour relever un tel défi. Je sais qu'ils garderont le cap du SYNMAD sur la voie tracée par Claude MAFFIOLI, Robert CASTRO et Jean-François REY. Surtout, ils sauront apporter de la fraicheur et de l'envie lors de nos prochains combats.

Vive le rugby ! Vive le SYNMAD !

Dr. Thierry HELBERT

Président

mardi 26 mai 2015

CHERCHE ASSOCIE - NIMES

GROUPE DE TROIS GASTROENTEROLOGUES à Nîmes (GARD) cherche associé sans urgence. Activité importante sur les deux cliniques de la ville avec plateau technique poussé cancérologie, hépatologie, cathétérismes, proctologie et possibilité d'Echoendoscopie. Important parc d'endoscopes avec laser.

Conditions d'entrée dans le groupe extrêmement avantageuses

Dr. Philiippe COURTIAL - 04 66 29 90 30 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Chers Confrères,

Vous trouverez ci-dessous le communiqué de presse du SYNMAD concernant la lettre d’instruction de la prise en charge des hépatites C par les médicaments anti-viraux à action directe.

Vous trouverez également ci-dessous le lien pour télécharger cette lettre de la DGS en date du 30 avril 2015 et le cahier des charges de la mise en place de ces RCP.
 

Bien cordialement.

Dr Thierry HELBERT
Président

Cliquer ICI pour la Lettre de la DGS

 

Pour les hépato-gastroentérologues, il n’y a qu’une structure efficace : le SYNMAD.
Nous vous demandons donc de renouveler votre adhésion au SYNMAD par le versement de votre cotisation.
Cette cotisation de 190 euros n’a pas augmenté pour l’année 2015. Affirmez votre participation, votre combat et votre présence à nos côtés.
Nous ne vivons que de nos cotisations. Merci.

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU SYNMAD

 

PRISE EN CHARGE DE L’HEPATITE C PAR LES HGE LIBERAUX

LETTRE D’INSTRUCTION RELATIVE

A L’ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DE L’HEPATITE C

PAR LES NOUVEAUX ANTI-VIRAUX D’ACTION DIRECTE (NAAD)

Le SYNMAD a pris connaissance de la lettre d’instruction, en date du 30 avril 2015, concernant la prise en charge de l’Hépatite C par les NAAD.

Le SYNMAD souligne enfin la reconnaissance de l’hépato-gastroentérologie libérale dans la prise en charge de ces patients avec la possibilité de mettre en place, en milieu hospitalier (public ou privé), hors établissement disposant d’un pôle de référence, une RCP.

Le SYNMAD constate que l’opportunité de mettre en place ces RCP sera soumise à la seule décision des directeurs d’Agences Régionales de Santé, alors que les RCP en cancérologie digestive sont organisées de façon beaucoup moins contraignante dans les établissements.

Le SYNMAD réaffirme son opposition à la nécessite de cette RCP pour un traitement court efficace et quasiment dénué d’effets secondaires, dans le cadre de l’AMM.

Le SYNMAD dénonce le maintien de conditions technocratiques injustifiées pour ces RCP avec, notamment, la nécessité d’une éducation thérapeutique pour un traitement per os de quelques semaines ou d’un secrétariat.

Le SYNMAD remarque qu’il est bien précisé qu’aucun financement supplémentaire ne sera alloué pour la mise en place de ces RCP alors que les RCP dans les services experts ont bénéficié de financements non négligeables.

Le SYNMAD sera extrêmement vigilant quant à l’autorisation de tenue de ces RCP autant dans les structures privées que publiques.

Le SYNMAD recommande, dans l’intérêt des patients, aux hépato-gastroentérologues prenant en charge les malades atteints d’hépatite C de solliciter leur ARS en collaboration avec leur directeur d’établissement pour obtenir la mise en place d’une RCP.

Le SYNMAD rappelle que le recours en Conseil d’Etat court toujours mais constate que ce courrier de la DGS donne, à travers plusieurs points, une réponse partielle à ses demandes.

Contact Presse :

Dr. Thierry HELBERT – Président

Lettre d'instruction relative à l'organisation de la prise en charge de l'Hépatite C par les nouveaux anti-viraux d'action directe (NAAD)

Le SYNMAD a pris connaissance de la lettre d’instruction, en date du 30 avril 2015, concernant la prise en charge de l’Hépatite C par les NAAD.

Le SYNMAD souligne enfin la reconnaissance de l’hépato-gastroentérologie libérale dans la prise en charge de ces patients avec la possibilité de mettre en place, en milieu hospitalier (public ou privé), hors établissement disposant d’un pôle de référence, une RCP.

Le SYNMAD constate que l’opportunité de mettre en place ces RCP sera soumise à la seule décision des directeurs d’Agences Régionales de Santé, alors que les RCP en cancérologie digestive sont organisées de façon beaucoup moins contraignante dans les établissements.

Le SYNMAD réaffirme son opposition à la nécessite de cette RCP pour un traitement court efficace et quasiment dénué d’effets secondaires, dans le cadre de l’AMM.

Le SYNMAD dénonce le maintien de conditions technocratiques injustifiées pour ces RCP avec, notamment, la nécessité d’une éducation thérapeutique pour un traitement per os de quelques semaines ou d’un secrétariat.

Le SYNMAD remarque qu’il est bien précisé qu’aucun financement supplémentaire ne sera alloué pour la mise en place de ces RCP alors que les RCP dans les services experts ont bénéficié de financements non négligeables.

Le SYNMAD sera extrêmement vigilant quant à l’autorisation de tenue de ces RCP autant dans les structures privées que publiques.

Le SYNMAD recommande, dans l’intérêt des patients, aux hépato-gastroentérologues prenant en charge les malades atteints d’hépatite C de solliciter leur ARS en collaboration avec leur directeur d’établissement pour obtenir la mise en place d’une RCP.

Le SYNMAD rappelle que le recours en Conseil d’Etat court toujours mais constate que ce courrier de la DGS donne, à travers plusieurs points, une réponse partielle à ses demandes.

Contact Presse :

Dr. Thierry HELBERT – Président

LETTRE D'INSTRUCTION RELATIVE A L'ORGANISATION DE LA PRISE EN CHARGE DE L'HEPATITE C PAR LES NOUVEAUX ANTI-VIRAUX D'ACTION DIRECTE (NAAD) EN DATE DU 30 AVRIL 2015

Chers Confrères,

Veuillez trouver ci-joint le FLASH INFO du 4 mai de l'U.ME.SPE. concernant le CAS.

Bien cordialement.
Dr. Thierry HELBERT
Président

 

Le SYNMAD vous a informés au cours des dernières semaines des manœuvres répétées de l'Hépatologie institutionnelle et dogmatique qui vit sur dossiers, conduite par l'AFEF, pour étouffer l'Hépatologie de terrain qui voit des malades.

Je veux parler ici de nous, mes chers amis hépato-gastroentérologues libéraux de terrain, mais aussi de nos confrères hépato-gastroentérologues des hôpitaux généraux, méprisés comme nous. Un seul objectif : nous interdire toute prescription « autonome » d'antiviraux dits à action directe. Un seul moyen : nous imposer une RCP !!

Malgré tous nos efforts de dialogue d'octobre à décembre 2014, c'est dans un sursaut d'orgueil effréné, comme seules savent en avoir les espèces en train de lutter pour leur survie, que les caciques de l'AFEF devaient maintenir leur position sectaire et garder par devers eux un outil administratif comme seule possibilité de reconnaissance. Quand vous avez besoin d'institutionnaliser par la loi votre rôle, c'est qu'il est fragile ! Les positions évidentes n'ont jamais besoin d'être affirmées. C'est pourquoi le SYNMAD a porté un recours devant le Conseil d'État.

Pourtant, même déçus, même furieux, nous étions en droit de nous demander pourquoi une poignée d'irresponsables voulaient tenir une position aussi factice. Deux raisons en fait :

  1. imposer leur survie, puisqu'une fois les hépatites C guéries (ce que vous verrez bientôt), les services d'hépatologie ressembleront aux sanatoriums des années 70 : lépreux et désaffectés.
  2. l'argent !! ET OUI, non contents de négocier contre les libéraux un contrôle sur toutes les prescriptions, ces chers Rastignac de l'AFEF ont négocié un forfait annuel de fonctionnement des « pôles » pour ces RCP. Combien ??? 100 000 euros par pôle et par an !!!! Plus de 2 millions et demi d'euros par an en France !!! Les mêmes qui accusent les libéraux d'être de veules soudards, ne travaillant que pour l'argent, se créent des rentes perpétuelles avec le soutien d'une ministre aveuglée par le " tout public" et dogmatique.

Mais cela ne suffit pas, cerise sur le gâteau, l'AFEF dédaigne l'ensemble de l'hépato-gastroentérologie française en refusant toute participation à une formation en ligne (e-learning) qui regroupe toutes nos sociétés par le biais du CNP-HGE. L'AFEF veut son e-learning à part, au cas où les ignares que nous sommes viendraient lui polluer son site par notre incompétence. A moins qu'elle ait des choses à cacher ?? Des revenus occultes pour écrire des questions ?? Il est bien sûr impossible d'orienter les réponses selon les désirs de l'Industrie ? Non, on m'a souvent répété que cela n'existait pas, n'est ce pas ??

Pourtant, ne perdez pas espoir, les hépatologues libéraux vous réconforteront en vous montrant que nous savons soigner les hépatites C, nous le faisons depuis…. 25 ans déjà. Qui plus est, nous savons utiliser même les antiviraux à action directe, sans RCP. Ce 5 Mai, au cours de l'Hépatoweb en vous parlant du congrès de l'EASL, les hépato-gastroentérologues libéraux vous montreront ce qu'ils font tous les jours et comment continuer. Ils vous présenteront également un poster 100% libéral de suivi de patients traités par les nouveaux antiviraux, de façon efficace et respectueuse des recommandations. En revanche, n'allez plus au congrès de l'AFEF, suspendez momentanément votre adhésion à une société savante qui vous méprise, ne participez pas à leurs études.

Restez libres !!

Dr. Jean Paul JACQUES
Secrétaire Général

 
 
 

Dr S.

Le 26 Mars 2015

Bonjour

J'ai été amené à revoir des patients en consultation il y a 2-3 ans dans l'intervalle de 6 mois après cotation C2 pour raisons médicales justifiées. Dans ce cas de figure où il est théoriquement interdit de revoir un patient (!) comment faire dans la vraie vie ? Ma caisse me demande le remboursement de ce qu'elle appelle un « trop perçu ». Comment réagir et que répondre ?

Merci pour votre réponse

 

Réponse du SYNMAD

Le 30 Mars 2015

Mon Cher Confrère,

La cotation d’une consultation C2 comme le précise la nomenclature pour un acte ponctuel de consultant impose de ne pas revoir le patient pour la même pathologie, actuellement dans les quatre mois qui suivent et en dehors d’un parcours de soins pour affection de longue durée.  Auparavant, ce délai était de six mois. Le passage de 6 à 4 mois a été obtenu lors de la signature de la convention de 2011. Il faut donc, pour vous défendre auprès de la Caisse d’Assurance Maladie voire de la commission amiable, que vous justifiez dans le dossier que le patient était revenu pour une pathologie tout à fait différente.

En vous souhaitant bonne réception,

Bien Cordialement.

Dr Thierry HELBERT

Président

 

 

Mme L.

Le 30 Mars 2015

Etudiantes en Master 2 Droit de la santé, nous souhaitons savoir s'il existe un texte spécifique concernant l'obligation pour les gastro-entérologues d'effectuer une consultation préalable à une entrée au bloc opératoire.

Cordialement,

 

Réponse du SYNMAD

Le 31 Mars 2015

Madame,

 Il existe une obligation pour les hépato-gastroentérologues, comme pour tout praticien, de délivrer une information préalable claire et loyale et d’obtenir un consentement aux soins avant tout acte endoscopique.

Cette disposition relève donc du consentement aux soins et n’est pas spécifique au bloc opératoire ou l’hépato-gastroentérologie. Même si l’indication a été posée par un autre hépato-gastroentérologue ou un chirurgien digestif, cela n’empêche pas le médecin de confirmer l’indication et d’en informer le patient afin qu’il consente.

S’agissant des modalités de la délivrance de l’information et de sa preuve, les jugements ont précisé les points suivants : la preuve de la délivrance de l’information peut être apportée par tout moyen. Le juge se fondera sur divers indices. L’information n’est pas nécessairement écrite car la loi exige avant tout une information orale délivrée au cours de l’entretien individuel art. 1111– 2 du Code de la Santé Publique.

Vous pouvez retrouver sur le site de la MACSF les conclusions des différentes instances judiciaires sollicitées.

En vous souhaitant bonne réception,

Dr Thierry HELBERT

Président

Page 22 sur 28