Syndicat National des Médecins Français
Spécialistes de l'Appareil Digestif

En date du 1er Janvier 2015, ont été publiées les revalorisations des actes médicaux. Nous sommes concernés par quelques actes de chirurgie proctologique. Vous trouverez ci-dessous les libellés et les montants des actes principaux et la liste exhaustive en cliquant sur le lien suivant CCAM.

Très important : seuls les hépato-gastroentérologues de secteur 1 ou de secteur 2 ayant choisi le Contrat d’Accès aux Soins sont concernés par cette augmentation.

Bien cordialement.

 

Dr Thierry HELBERT

Président

 

 

De 2007 à 2012, les hépato-gastroentérologues de secteur 1 ou 2, ont vu leurs revenus augmentés d'environ 10 %, pour atteindre un chiffre moyen de 110 453 euros. Cette augmentation nous maintient dans la moyenne haute des médecins spécialistes mais bien à distance de certains de nos confrères.

Malheureusement, cette augmentation n'est pas due à la revalorisation de nos actes techniques mais à l'utilisation, encore loin d'être optimale, de la nomenclature de la consultation dans le cadre du parcours de soins. Ce résultat ne prend pas en compte également la rémunération complémentaire de la ROSP ; certains confrères sont parfois perdus dans les règles de la nomenclature et il était important de repréciser tout cela.

Parallèlement, nos charges augmentent très régulièrement et, cette année voit apparaitre deux nouvelles charges, liées à la mise aux normes de nos cabinets pour l'accessibilité aux personnes handicapées (de 4 000 à 22 250 euros selon l'URPS Rhône alpes !), et l'obligation faite à tout entrepreneur de proposer à ses salariés un contrat responsable. Pour l'équilibre financier de nos cabinets, cela doit se faire à moindre coût tout en respectant le droit.

Enfin, nous travaillons quasiment tous en clinique pour pratiquer les endoscopies digestives et le Synmad est souvent interrogé sur les droits et obligations des praticiens et directeurs d'établissements. Le taux de redevance varie dans chaque région même si la moyenne nationale se situe entre 5 et 6 %. L'endoscopie digestive ambulatoire ou en hospitalisation reste extrêmement lucrative pour les établissements et vous devez en être convaincus.

 

Nous vous proposons donc de nous rejoindre massivement
lors des JFHOD pour assister au :

 

SYMPOSIUM SYNMAD
Samedi 21 MARS 2015 Palais des Congrès - PARIS
De 12H50 à 14H10
ET SI NOUS PARLIONS D'ARGENT !

 

MODERATEURS :
Thierry HELBERT, Président du SYNMAD
Franck DEVULDER, Président du CNP-HGE

 

I. Au cabinet :

Savez-vous utiliser la nomenclature ?
Denis CONSTANTINI, Corbeil
- Association d'actes
- Réactualisation du C2, de la consultation de synthèse, de la consultation après des actes techniques

Accès Handicapés : où en sommes-nous ?
Yves TOULET (Architecte), Saint Cyr sur Loire

Complémentaires santé du personnel : que peut-on proposer à nos secrétaires ?
Jean-Michel MUZARD (Représentant AG2R), Paris

II. En clinique : Oui, nous sommes rentables :

Les recommandations environnementales de la SFED
Bruno RICHARD-MOLARD, Bordeaux

Les différentes rémunérations des structures
André RODACH (Médecin DIM), Saint Grégoire

Les différents textes législatifs (qu'êtes-vous en droit d'exiger ?
Maître Bertrand DESARNAUTS, Toulouse

III. CONCLUSION
Thierry HELBERT, Marseille

 

IV. ASSEMBLEE GENERALE
Rapport moral : Jean-Paul JACQUES, Toulouse
Rapport financier : Denis CONSTANTINI, Corbeil

Autorisez le téléchargement des images sur votre messagerie

 

ET SI NOUS PARLIONS D'ARGENT !

Dr Thierry HELBERT, Président du SYNMAD
Mars 2015

De 2007 à 2012, les hépato-gastroentérologues de secteur 1 ou 2, ont vu leurs revenus augmentés d'environ 10 %, pour atteindre un chiffre moyen de 110 453 euros. Cette augmentation nous maintient dans la moyenne haute des médecins spécialistes mais bien à distance de certains de nos confrères.

Malheureusement, cette augmentation n'est pas due à la revalorisation de nos actes techniques mais à l'utilisation, encore loin d'être optimale, de la nomenclature de la consultation dans le cadre du parcours de soins. Ce résultat ne prend pas en compte également la rémunération complémentaire de la ROSP ; certains confrères sont parfois perdus dans les règles de la nomenclature et il était important de repréciser tout cela.

Parallèlement, nos charges augmentent très régulièrement et, cette année voit apparaitre deux nouvelles charges, liées à la mise aux normes de nos cabinets pour l'accessibilité aux personnes handicapées (de 4 000 à 22 250 euros selon l'URPS Rhône alpes !), et l'obligation faite à tout entrepreneur de proposer à ses salariés un contrat responsable. Pour l'équilibre financier de nos cabinets, cela doit se faire à moindre coût tout en respectant le droit.

Enfin, nous travaillons quasiment tous en clinique pour pratiquer les endoscopies digestives et le Synmad est souvent interrogé sur les droits et obligations des praticiens et directeurs d'établissements. Le taux de redevance varie dans chaque région même si la moyenne nationale se situe entre 5 et 6 %. L'endoscopie digestive ambulatoire ou en hospitalisation reste extrêmement lucrative pour les établissements et vous devez en être convaincus.

Nous vous proposons donc de nous rejoindre massivement
lors des JFHOD pour assister au :

SYMPOSIUM SYNMAD
Samedi 21 MARS 2015 Palais des Congrès - PARIS
De 12H50 à 14H10
ET SI NOUS PARLIONS D'ARGENT !

MODERATEURS :
Thierry HELBERT, Président du SYNMAD
Franck DEVULDER, Président du CNP-HGE

I. Au cabinet :

Savez-vous utiliser la nomenclature ? (10')
Denis CONSTANTINI, Corbeil
- Association d'actes
- Réactualisation du C2, de la consultation de synthèse, de la consultation après des actes techniques

Accès Handicapés : où en sommes-nous ? (10')
Yves TOULET (Architecte), Saint Cyr sur Loire

Complémentaires santé du personnel : que peut-on proposer à nos secrétaires ? (10')
Jean-Michel MUZARD (Représentant AG2R), Paris

II. En clinique : Oui, nous sommes rentables :

Les recommandations environnementales de la SFED (10')
Bruno RICHARD-MOLARD, Bordeaux

Les différentes rémunérations des structures (10')
André RODACH (Médecin DIM), Saint Grégoire

Les différents textes législatifs (qu'êtes-vous en droit d'exiger ?) (10')
Maître Bertrand DESARNAUTS, Toulouse

III. CONCLUSION (10')
Thierry HELBERT, Marseille

IV. ASSEMBLEE GENERALE (10')
Rapport moral : Jean-Paul JACQUES, Toulouse
Rapport financier : Denis CONSTANTINI, Corbeil

Si vous ne voulez pas d'étatisation du système de santé dirigé en région par les ARS,
Si vous ne voulez pas la généralisation du tiers payant,
Si vous ne voulez pas le démantèlement de notre métier,
Si vous ne voulez pas l'exclusion de nos établissements privés des missions que nous avons toujours effectuées en santé publique,

REJOIGNEZ L'ENSEMBLE DES MEDECINS QUI VEULENT ETRE RESPECTES A LA MANIFESTATION UNITAIRE.

Les Hépato-Gastroentérologues doivent se mobiliser contre le projet de loi de santé avec une vraie réécriture en profondeur.

Votre présence à PARIS est essentielle.

Le rendez-vous pour la manifestation est :
PLACE DENFERT ROCHEREAU - 75014 PARIS
A PARTIR DE 13 H (Métro Denfert Rochereau lignes N° 4 et N° 6 et RER Ligne B)

Le parcours empruntera :
- Place Denfert Rochereau
- Boulevard Raspail
- Boulevard du Montparnasse
- Boulevard des Invalides
- Ministère de la santé (Avenue Duquesne)

L'arrivée est prévue vers 16H30/17H et il sera lu un texte de revendications,
Dispersion
Métro : Saint François Xavier (ligne N° 13)
Metro : Ecole Militaire (ligne N° 8)

Outre des camions sono répartis sur tout le trajet, seront distribués sur place des ballons au logo de la CSMF, des stickers à coller sur les vêtements et des T-shirts au logo de la CSMF au recto, et " non à la loi de santé " au verso.

NE POUVANT QUE COMPTER SUR NOUS POUR NOUS DEFENDRE, LES HEPATO-GASTROENTEROLOGUES DEVRONT ETRE PRESENTS ET VISIBLES DIMANCHE 15 MARS, NOUS COMPTONS SUR VOTRE PARTICIPATION MASSIVE.

2 possibilités s'offrent à vous :

Soit défiler tous ensemble sous la banderole du SYNMAD, en nous rejoignant
à partir de 12H30 au 101, bd. Arago (devant l'Agence Matmut) (Angle du bd. Arago et bd. Saint Jacques - 75014 PARIS),

Soit rejoindre votre régionet les différentes délégations qui sont ordonnées comme suit :
Région Alsace :
Face au 270 Boulevard Raspail
Région Auvergne :
Face au 276 Boulevard Raspail
Région Champagne Ardennes :
Face au 280 Boulevard Raspail
Régions Corse, Centre, Bretagne :
Angle Boulevard Raspail et Boulevard Denfert Rochereau
Régions Haute Normandie, Basse Normandie, Picardie, Franche Comté :
Place Denfert Rochereau , angle Boulevard Arago, Boulevard Saint Jacques.
Région Ile de France (sauf Val de Marne et Essonne) :
Devant RER B et arrêt de bus Avenue René Coty.
Régions Poitou Charente, Limousin, Lorraine, Languedoc Roussillon :
Angle Place Denfert Rochereau Avenue du Général Leclerc (Face au café Indiana)
Régions Midi Pyrénées, Nord Pas de Calais Coté Sud Ouest :
Devant le bar Baladines 24 place Denfert Rochereau,
Régions Pays de Loire, Val de Marne, Essonne, Martinique, Guadeloupe, Réunion :
Place Denfert Rochereau angle Rue Froidevaux (devant auto école Denfert Rochereau)
Régions Aquitaine, Bourgogne :
Place Denfert Rochereau devant métro Denfert Rochereau (entrée des Catacombes de Paris)
Région PACA, Rhone Alpes:
Sur la Place Denfert Rochereau autour du Lion de Belfort (Face Est)

NE LACHONS RIEN !!!


NOUS NE GAGNERONS QUE SOLIDAIRES ET NOMBREUX !!!

Dr. Thierry HELBERT

Président

Il y a quelques années, nous avions débattu, avec Jean-François REY, dans ce e-journal d'hépato-gastroentérologie de la notion d'élitisme ou d'excellence.

Je vous avais rappelé à ce propos que l'élitisme est une attitude, un système politique ou social qui cherche à former ou à sélectionner une élite au détriment des autres membres du groupe ou de la société. Se faisant, le terme élitisme prend très souvent une connotation négative soulignant une posture qui tend à dévaloriser la masse et qui instaure un clivage entre ces deux entités. Malheureuse prémonition, je soulignais que le risque, dans notre société, est que l'élite, trop souvent autoproclamée, n'a que pour objectifs de défendre ses avantages et prérogatives.

Ainsi, la mise en place de réunions de concertation pluridisciplinaire dans des seules structures hospitalo-universitaires définies par l'AFEF et la Fédération Nationale des Pôles de Référence et Réseaux Hépatites en est un exemple criant sur lequel nous avons déjà beaucoup débattu. Ironie sinistre, nous sommes sollicités par un laboratoire pour inclure nos patients dans une étude observationnelle de cette cohorte libérale, pilotée par 2 praticiens hospitalo-universitaires, membres émérites de l'AFEF !

Pas assez bons pour prescrire mais attractifs pour alimenter les études de nos collègues !!

L'histoire se répète puisque l'avis de la HAS sur l'endomicroscopie optique réalisée lors de la cartographie d'un endobrachyoesophage tend à reprendre cette notion d'élitisme. En effet, la HAS recommande que cette technologie optique soit réservée à une population à risque de cancer (ce qui est légitime) dans des centres experts (spécialisés en endoscopie interventionnelle de l'œsophage). Cette conclusion de la HAS a été reprise par un courrier récent de la CNAMTS qui a en charge le libellé de cet acte avant inscription à la CHAP. Cela pose bien évidemment deux problèmes :

- l'un relève de la désignation de ces centres experts ; nous pourrions voir les mêmes dérives qu'en hépatologie avec désignation par la DGOS et/ou une société savante de centres experts hospitalo-universitaires autoproclamés. Le Synmad souligne qu'il est indispensable de s'approprier la technique comme cela a été fait lors de la mise en place de la vidéo-capsule du grêle ou du côlon mais qu'en aucun cas cela doit être réservé à des centres spécifiques ;

- la deuxième remarque est que la HAS méconnait complètement la spécificité de notre profession et nul besoin de pratiquer la mucosectomie ou dissection sous-muqueuse voire la radiofréquence pour pratiquer l'endomicroscopie optique qui se place dans un bilan pré-thérapeutique, au même titre que l'utilisation du NBI ou du zoom. Cela reviendrait à dire que, par exemple, il faut pratiquer systématiquement les cathétérismes rétrogrades de la papille, la dissection muqueuse ou la mucosectomie pour réaliser des écho-endoscopies bilio-pancréatiques, rectales ou œsophagiennes, ce qui n'est bien évidemment pas le cas dans la vraie vie.

Cette conclusion de la HAS est extrêmement dangereuse pour la profession. Elle pourrait exclure une grande partie des hépato-gastroentérologues à l'endomicroscopie optique, au principe de précaution ou d'excellence. Cette excellence passe par la formation médicale initiale et continue, l'évaluation de nos pratiques, voire la mise en place d'un observatoire (vous avez dit DPC ??) et en aucun cas par un système coercitif de service spécialisé. Bien évidemment, de façon pragmatique, l'accès à ces techniques de pointe, extrêmement onéreuses, intéressant au final un nombre peu important de patients ne pourra se développer que sur des plateaux techniques lourds, regroupant de nombreux hépato-gastroentérologues, mais cela relève de l'organisation du soin par notre profession et non pas par la validation ou la certification de la HAS, de la DGOS ou d'une société savante.

Le Synmad sera extrêmement vigilant quant à la suite de ce dossier épineux. Par chance, le Synmad est le seul organisme légitime à finaliser sur le plan monétaire ce dossier. La SFED sera en charge de la nomination des experts libéraux et hospitaliers à la CHAP pour la hiérarchisation intra puis inter-spécialités et, nul doute que nos confrères ainsi désignés sauront défendre l'accès aux nouvelles techniques à l'ensemble des hépato-gastroentérologues, et, ainsi à l'ensemble des patients qui doivent en bénéficier.

Dr. Thierry HELBERT

Président

ISTRES (ville agréable de 45 000 habitants, située à 50 km de Marseille, au cœur d'un bassin industriel en pleine expension). Activité libérale de consultations, d'endoscopies diagnostiques et interventionnelles  ainsi que de proctologie médicale et chirurgicale - Consultation dans un Centre Mutualiste d'une ville voisine – Réalisation une partie de mon activité au sein de la Clinique d'Istres (établissement de taille moyenne, médico-chirurgical ayant l'autorisation d'UPATOU avec Susi. Il possède aussi l'agrément de cancérologie digestive selon les critères du Plan Cancer - centre d'Imagerie avec Scanner et IRM accolé à l'établissement).
Aide au confrère qui me succèdera.
Contact : Dr. Michel COLSON – Tél. : 04.42.55.06.11. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dr A. Le 11 Décembre 2014

Bonjour,

Je travaille dans une clinique. Nous devons répondre auprès de la facturation sur notre appartenance au CAS /avenant 8 avant le 20/12/2014.

En cas de refus d'adhérer au CAS, les tarifs spécialisés CCAM seront revus à la baisse ?

Merci de votre réponse,

Très cordialement.

 

Réponse du SYNMAD Le 12 Décembre 2014

Mon Cher Confrère,

La revalorisation des actes techniques ou cliniques ne s’applique que pour les médecins de secteur 1 ou les médecins de secteur 2 ayant choisi le contrat d’accès aux soins. Pour les actes cliniques, il n’y a aucune revalorisation prévue pour les hépato-gastroentérologues. Par contre, les revalorisations autour de la consultation, comme le patient âgé, nous sont applicables.

Par ailleurs, que vous soyez secteur 1, secteur 2 ou contrat d’accès aux soins, nous devons appliquer les tarifs conventionnels aux patients bénéficiaires de la CMU ou de la CMUC.

En résumé, si vous n’avez pas de diminution des honoraires, vous ne bénéficierez d’aucune revalorisation.

Vous en souhaitant bonne réception,

Bien Cordialement.

Dr Thierry HELBERT

Président

Dr A. Le 13 Janvier 2015

Cher Collègue, Cher Ami,

J'exerce dans une clinique parisienne. Les anesthésistes ont souhaité de façon unilatérale se mettre en grève en refusant les consultations sans concertation avec la clinique et surtout avec  les gastro-entérologues. L'activité de la clinique est représentée par la gastro-entérologie à 90 %.

Mes questions sont:

-est-ce légal de se mettre en grève sans préavis ? Sans en référer à ses collègues ? Sans prévoir de gérer les urgences?

- le Synmad incite t-il les gastro-entérologues à un mouvement de grève de type arrêt de la télétransmission? Ou arrêt des activités en clinique ? Au cabinet?

Merci pour votre réponse Et merci pour vos réponses diligentes antérieures.

Très cordialement.

 

Réponse du SYNMAD Le 19 Janvier 2015

Cher Ami,

Le Synmad soutient bien sûr le mouvement de grève administrative et vous trouverez ci-joint le flash info paru le 13 janvier 2015.

Le mouvement de grève des anesthésistes fait suite à l’action initiée par certains syndicats dont notamment le Bloc. Les anesthésistes auraient du prévenir la clinique qu’ils se mettaient en grève dans un délai raisonnable et informer les collègues et la CME.

La continuité des soins est bien sûr nécessaire dans le cadre d’une grève. Si votre structure reçoit des urgences, le directeur de la clinique aurait dû, avant, prévenir l’ARS pour pallier à cet état de fait et proposer soit un transfert des urgences vers un autre établissement soit une réquisition (peu probable en raison d’une offre de soins suffisante dans Paris).

En vous souhaitant bonne réception,

Bien Cordialement. 

Dr Thierry HELBERT

Président

Dr D - Le 19 Janvier 2015

Bonjour,

Je viens vers vous pour vous demander s'il y a des règles qui établissent un nombre des actes par créneau opératoire (par exemple, un créneau 8h-13h), et est-ce que la clinique pourrait d’un point de vue légal limiter un nombre des actes ?

Je vous remercie pour votre aide.

 

Réponse du SYNMAD Le 19 Janvier 2015

Madame et Cher Confrère,

Il n’existe pas de règles opposables qui régissent le nombre d’actes par créneau opératoire. Toutefois, un certain nombre d’éléments édités par la SFED font qu’un temps minimum consacré aux examens est recommandé et que celui-ci varie, suivant l’examen, entre 20 et 30 minutes.

Sur le plan légal, le directeur de votre établissement à la responsabilité de la qualité et de la sécurité des soins pour tous les patients hospitalisés et il pourrait vous recommander de respecter ces délais.

Enfin, lors de contrôles de la visite de certification ou de l’ARS, vous pourriez vous voir reprocher un temps d’examen trop court (sans parler des délais liés à la désinfection) si tel était le cas.

En vous souhaitant bonne réception,

Bien Cordialement.

Dr Thierry HELBERT

Président

§ Mandaté par un établissement de référence - recherche d’un médecin gastroentérologue exerçant en libéral : nous sommes en Haute-Normandie à 1h de Paris, pour sa recherche d'un médecin gastro-entérologue exerçant en libéral.

Les + de cette offre :

Un bloc opératoire ultra moderne

Une zone d’activité à fort potentiel : patientèle existante et à développer

L’établissement n’impose aucune permanence des soins (gardes ou astreintes)

Dans cette spécialité, nous avons par ailleurs d'autres opportunités :

Un hépato-gastroentérologue pour un centre hospitalier en Bourgogne : cet établissement en constante évolution a rénové récemment ses locaux consacrés à la gastro-entérologie.

Des gastro-entérologues en CDI (statut PH ou praticien contractuel) pour des établissements situés dans la Somme, le Jura et les Côtes d'Armor.

Contact : Guillaume TACHER

Tél. : 03 89 21 72 54
e-mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

§Définition du poste : groupe de 5 gastroentérologues cherche associés et/ou successeurs à deux des associés.

Plateau technique complet sur deux établissements privés avec endoscopie diagnostique et interventionnelle dont échoendoscopie et cathétérisme rétrograde, unité de chimiothérapie ambulatoire et lits d'hospitalisation.

Activité de Cs, d'endoscopie haute, de proctologie médicale, de vidéocapsule et d'explorations fonctionnelles dans un cabinet indépendant.

Possibilité pour un sixième associé dès maintenant ou une succession en 12/2015 et 12/2016, Remplacements possibles et souhaitables.


Contact : Dr. Nicolas d'Aubigny

Tel : 06.76.27.07.67

§ La Polyclinique Oxford, établissement privé situé à Cannes, réunissant médecine, chirurgie et soins de suites sur un même site, disposant de 300 lits et places d’hospitalisation de séjour et moyen séjour, d’une USC, un SOS main, 4 pôles d’excellence (ophtalmologie, chirurgie de la main, chirurgie orthopédique et chirurgie viscérale), 3 blocs indépendants par spécialité, un service d’imagerie médicale sur place, recrute un gastro-entérologue.

Contact : Karine Botella

Tel : 06.13.10.49.78

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

FLAH INFO DE L'U.ME.SPE.

CONFIRMATION DE LA MANIFESTATION DIMANCHE 15 MARS
contre la loi de santé portée par Marisol TOURAINE

Le rassemblement sera Place Denfert Rochereau – 75014 PARIS 
à 13H00

Départ de la manifestation à 14H00 
pour le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé

Arrivée prévue 16H30/17H

Cette manifestation sera unitaire avec l’ensemble des syndicats des médecins libéraux, organisations syndicales juniors qui nous accompagneront et animeront la manifestation.

Dès à présent, il est impératif de mobiliser le maximum de confrères et d’organiser les transports vers la capitale.

Il s’est créé un comité de coordination nationale pour diffuser rapidement l’information sur le plan régional.

Rapprochez-vous de votre syndicat départemental ou régional le plus vite.

Page 21 sur 25