Syndicat National des Médecins Français
Spécialistes de l'Appareil Digestif

eJOURNAL - COURAGE ET TENACITE

lundi 24 juin 2019 eJOURNAL

Il y a de cela 4 ans (Avril 2015), le SYNMAD partait en guerre contre l’iniquité de prescription des nouveaux antiviraux à action directe (AAD) arrivant sur le marché. Souvenez-vous la lâcheté opportuniste de certains industriels, en partenariat avec les sociétés savantes, qui acceptaient un deal de prescription « contrôlées » pour le Sofosbuvir et suivants. Grâce à une action forte du SYNMAD et d’un recours en Conseil d’État, décidé par notre Président Thierry Helbert, nous obtenions l’annulation de cette décision et une possibilité de prescription initiale hospitalière (qu’elle soit publique ou privée), comme pour les antiviraux précédents. L’arrivée du Maviret°, avec délivrance en officine de ville, devenait une étape supplémentaire dans la simplification de la prescription. Et nous devons reconnaître que le laboratoire ABB a eu le cran de choisir cette option. Cette décision spectaculaire allait bien sûr entrainer derrière elle tous les autres AAD ! Quel autre choix avaient-ils ?

Aujourd’hui, une étape de plus est franchie avec l’ouverture de la prescription aux Médecins spécialistes de médecins générale. 

Cette décision ministérielle a été prise en rappelant l’objectif OMS pour 2025 d’une éradication de l’hépatite C.
D’où l’application, dès le 20 mai, de l’ouverture de la prescription à « l’ensemble des médecins » ! Ceci signifie bien tous les médecins de toute spécialité qu’elle soit générale ou autre.

Dès le 22 mai, en page santé, le Figaro évoque à son tour cette prescription ouverte. Si un quotidien national relate une telle mesure technique, et la diffuse, c’est bien qu’il en a perçu toute la symbolique.
Qu’en retenir ? Que l’action courageuse d’un syndicat n’aboutit que si, dans le même temps, ce courage s’accompagne de ténacité.
Mais, aussi, qu’une décision ne peut s’amplifier que si elle est portée par une base solide. Quoi de plus solide que notre syndicat d’hépato-gastro-entérologie (le SYNMAD) porté par un syndicat horizontal Les Spé-CSMF (syndicat de toutes les spécialités) eux-mêmes intégrés dans une Holding syndicale la CSMF qui associe la spécialité de médecine générale (Les Généralistes-CSMF) aux Spé-CSMF.


Chaque étape a été gagnée car tous les moteurs poussaient dans le même sens.
Merci pour cette action collective, cohérente organisée qui permet, aujourd’hui, de transformer un essai en une réussite majeure => l’accès simplifié d’une thérapeutique efficace, pour tous nos malades atteints d’hépatite C.
Et ne grognez pas pour abandon de privilège ! Votre rôle de spécialiste d’organe ne s’en trouve que plus valorisé : vous serez là pour l’écoute, les conseils, la gestion de l’accompagnement, de nos patients et de nos confrères omnipraticiens.

La médecine retrouve, à travers cette décision apparemment anodine, toute la noblesse d’un travail concerté, pour donner le meilleur à tous nos patients. 

Mais l’histoire ressert les plats. Avec la mise sur le marché en ville des biosimilaires, on retrouve l'interprétation inique des ARS et de la CNAM sur la répartition des gains financiers. En effet, les économies engendrées par nos prescriptions sont reversées en partie à certains centres hospitaliers privés et publics selon une méthodologie bien obscure. Nous réfléchissons de ce fait à ressaisir le conseil d’Etat.


Et si certains d’entre vous se demandent encore à quoi sert un syndicat : vous avez la réponse : nous rendre efficaces, complémentaires, au service des patients.

En cette période de mémoire collective autour du 6 Juin, souvenons-nous que courage et résistance font basculer les barbelés, et tomber les murs.

Merci le SYNMAD, merci son président.


Dr Jean Paul JACQUES

Administrateur
Juin 2019