Syndicat National des Médecins Français
Spécialistes de l'Appareil Digestif

Comme chaque année, nous nous retrouverons aux JFHOD pour le symposium du SYNMAD qui aura lieu le samedi 25 Mars 2017 de 13h à 14h20 dans l’amphithéâtre bleu. Avec l’ensemble des membres de notre conseil d’administration, nous avons fait le choix d’un programme chargé fait de plusieurs interventions courtes. Ce programme vous donnera l’occasion d’avoir, en 1h20, un tour d’horizon des principales mesures qui impacteront votre exercice quotidien après la publication de la nouvelle convention médicale. Ce symposium vous donnera également les perspectives à venir concernant la prochaine valorisation d’actes nouveaux. Nous y dévoilerons notre offre de formation 2017 faite de programmes de DPC en petits groupes montés avec l’AFORSPE et Evolutisdpc mais, également, d’une offre nouvelle de soirées thématiques consacrées à la retraite des hépato-gastroentérologues libéraux et salariés. Ces « Soirées Retraites du SYNMAD » n’entrent évidemment pas dans le champ du DPC. Elles seront réalisées en partenariat avec AG2R – La Mondiale et nos partenaires de l’industrie.

SYMPOSIUM SYNMAD
Comment allez vous gagner votre vie en 2017 ?


Modérateurs :
Frédéric Cordet - Franck Devulder – Jean-Paul Jacques – Philippe Marteau

2016 : les vrais chiffres des hépato-gastroentérologues
Dr Jean-Luc Friguet

Convention 2016 et Nomenclature Clinique : ce qui change
Dr Patrick Gasser

CCAM technique : jusqu’où optimiser ?
Dr Eric Vaillant

OPTAM : mieux que le CAS ?
Dr Frédéric Kaffy

ROSP 2017 : pire ou mieux qu’avant ?
Dr Thierry Helbert

Actes nouveaux : le virage est enclenché
Dr Patrick Delasalle

SYNMAD : nos soirées DPC et FMC 2017
Dr Franck Devulder

Votre engagement et votre participation sont majeurs tant pour ceux qui, au conseil d’administration du SYNMAD, œuvrent sans compter à votre service et au service de l’hépato-gastroentérologie que vis à vis de nos tutelles. Souvenez-vous de la formule de Pierre Laval répondant à Staline « Le Pape, combien de divisions ? » et faisons là notre « le SYNMAD, combien de divisions ? ». Le nombre de nos adhérents a augmenté ! Montrons-le ! Montrez-le ! RDV aux JFHOD le samedi 25 Mars au Symposium du syndicat de tous les hépato-gastroentérologues.

 

Docteur Franck DEVULDER
Président


 

Mes Chers Confrères libéraux,

Notre Art de Soigner riche de liberté et de diversité est menacée de toute part. Nous subissons des attaques en règle, sournoises hostiles et destructrices depuis des années, par des armées insoupçonnées. L’objectif non déclaré, est simple : Stop à la médecine libérale !

Une première armée politique et dogmatique est en marche depuis longtemps : avec comme objectif : asservir cet être hybride, libre depuis Hippocrate, défendant son patient mieux que n’importe quel homme politique ? Un être qui a su garder la confiance de ses malades sans aucune formation en école de communication. Vous savez ces écoles qui fleurissent pour repêcher les incapables, payantes bien sûr et qui n’ont d’autre choix que de délivrer un diplôme clinquant fait pour impressionner les asservis.

Une deuxième armée universitaire. Celle-là même qui nous a formé, a œuvré lentement à côté des ministères, pour modifier le socle même de notre art : notre formation. Enviée par tous jusqu’en 1990, nos Facultés de Médecine refusent toute mise en conformité avec l’évolution des formations Européennes (pour tout spécialiste européen : deux ans de tronc commun de médecine interne et 4 ans de formation en spécialité exclusive). Pire l’Université propose un décalage à la baisse avec pour notre spécialité : un cursus court, la perte de certaines spécificités de pratique (endoscopie dite de 2° niveau, nutrition, hépatologie dite de 2° niveau). Le mauvais maitre a toujours eu peur des qualités potentielle de son élève !

Une troisième armée financière en place depuis 1990. Mise en place par décision suicidaire, puisqu’elle permet à des investisseurs étrangers de profiter directement de nos impôts. Les fonds de pensions et autres groupes financiers spolient les patients et les médecins des lieux de soins où ils doivent se rencontrer pour en faire des machines à cash sans risque. En effet, grâce à l’assurance maladie, le patient est toujours solvable. Dans ces usines à soins le médecin n’est plus écouté, ne décide plus rien et subit des organisations totalement kafkaïenne, construite avec pour seul objectif (derrière des litanies mielleuses de transparence et de qualité) le seul profit immédiat !

Et voilà une quatrième armée, en route, inattendue : La FHF : Syndicat en charge de l’Hospitalisation Publique !!!!, Ce syndicat « public » veut définir l’organisation de la médecine « libérale » ??? Audiar disait que « les c…osent tout, c’est même à cela qu’on les reconnaît ». Il fallait oser … se mêler ainsi de ce qui ne vous regarde absolument pas !!

Et presque en même temps passe en catimini un petit décret signé MST ! Lisez ce texte du J.O. du 31 janvier. Faites le point en ce jour de tempête.

Ces Quatre-là ont tout inventé depuis 30 ans : L’inversion de la charge de la preuve, l’accréditation des pratiques à risque, puis le principe de précaution et maintenant le principe de nuisance. Une fois lu ce texte au JO du 31 janvier, il faudra savoir ce que nos assureurs en pensent. Une analyse de leur part ne doit pas tarder. Les questions sont multiples. Ces nouvelles « plaintes » au « guichet » de l’ARS seront-elles rejetées systématiquement ou serons-nous coupables d’emblée ?

Quel impact financier sur nos primes d’assurance ? Quel impact psychologique sur notre exercice.

Il nous restait le plaisir et l’honneur de soigner. Et Même cela ils veulent nous le prendre ???

Soyez maudits tous pour tant de dogmatisme d’incompétence et de veulerie.

Gardons en tête le proverbe chinois : « Asseyons-nous au bord de la rivière nous verrons passer le cadavre de notre ennemi »

Seul problème : Restera-t-il assez de place pour laisser passer l’eau !!!

Dr Jean-Paul JACQUES
Février 2017 - 07

 

SCM recherche 3ème médecin spécialiste. Cabinet médical au RDC, secrétariat physique, parking possible, accessibilité handicapés. Local situé à Daumesnil au pied du métro - 75012 PARIS

Contact : Dr CAILLAT : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. P. 0689846607

La formation médicale et professionnelle continue fait partie intégrante des missions d’un syndicat médical. Dans cette logique le SYNMAD avait, il y a quelques années, fondé le CEPP HGE qui travaillait en parfaite intelligence avec l’AFORSPE. Il a fallu l’ouverture d’esprit et tout le sens politique de Thierry Helbert pour rapprocher les « frères ennemis » d’hier, CEPP HGE et EA HGE, et fonder le CEFA HGE. Aujourd’hui les offres de DPC pour les hépato-gastroentérologues sont complémentaires : au CEFA HGE, les congrès nationaux et l’accréditation, à l’AFORSPE et à Evolutisdpc, une offre de séminaires en petits groupes, interactifs, le plus souvent sur des thématiques transversales à plusieurs spécialités. Pour cette année 2017, le SYNMAD a souhaité orienter son offre de formation dans 6 axes distincts :

Un programme national de DPC sur les Evènements Indésirables Associés aux Soins (EIAS).
Ce programme est centré sur l’annonce d’un dommage. Il s’agit d’un programme intégré de DPC qui se déroule en 3 étapes : une analyse en ligne de nos pratiques professionnelles centrée sur cette thématique, une soirée de formation cognitive qui déroulera dans 9 villes françaises avec l’intervention de Monsieur Germain Decroix, juriste reconnu et rédacteur en chef de la revue Responsabilité et, à distance de cette soirée, une mesure d’impact également réalisée en ligne. La première étape s’est déroulée à Reims le 26 Janvier dernier. Elle a permis à 12 hépato-gastroentérologues libéraux de se familiariser aux procédures d’annonce d’un dommage tel qu’elles ont été rédigées par la HAS et en seconde partie de soirée de se prêter à une mise en situation en participant à un jeu de rôle. Ne nous y trompons pas, nous avons tous beaucoup appris sur un sujet qui peut tous nous concerner et face auquel nous nous sentons souvent désarmé. Ces soirées DPC EIAS se dérouleront à Toulouse le 28 février, à Marseille le 14 mars, à Nancy le 4 avril, à Lille le 16 mai, à Bordeaux le 23 mai, à Paris le 13 juin, à Rennes le 27 juin et à Lyon le 26 septembre. Pour tous renseignements rapprochez vous de www.evolutisdpc.fr et inscrivez vous sur www.mondpc.fr.

• Deux programmes nationaux de DPC qui se dérouleront à Paris les 2 et 3 Juin pour les Printemps du DPC et les 1ers et 2 décembre pour les Automnales du DPC. Les programmes seront très bientôt mis en ligne. Ils vous permettront de vous familiariser avec la prise en charge des surcharges en fer, de mieux gérer les patients sous anticoagulants et antiaggrégants avant une endoscopie ou un geste de proctologie médico-instrumentale ou chirurgicale, de tout savoir sur « foie et obésité » et enfin de connaître les nouveautés de la prise en charge du SII en 2017. Deux séminaires seront réalisés lors des Printemps et des Automnales du DPC, celui concernant l’endoscopie interventionnelle et celui sur MICI à l’heure des biosimilaires. Nous avons monté pour vous des programmes attractifs avec les meilleurs experts. Tel est l’esprit du DPC et tel est notre volonté !

• Des programmes de DPC « spécial gastro » en région. Ceux-ci devraient se dérouler sur une journée dans deux régions. Nous ne manquerons pas de rapidement revenir vers vous pour vous en informer.

• A côté de ces programmes de DPC, le SYNMAD initie cette année « Les Soirées Retraites du SYNMAD » montées en partenariat avec AG2R-La Mondiale et nos partenaires de l’industrie. Notre ami le Dr Jean-Luc Friguet, administrateur du SYNMAD et de la CARMF, abordera les différentes réformes en cours et en particulier celle de la retraite en temps choisi. Ces soirées sont ouvertes à tous, salariés et libéraux, jeunes et moins jeunes, tous concernés par leur futur. En 2017, elles se dérouleront à Lyon le 11 avril, à Rennes le 9 mai, à Reims le 20 juin, à Marseille le 12 septembre et à Toulouse le 10 octobre. Notez ces dates ! Venez y nombreux ! Nous organiserons les inscriptions via le site www.synmad.fr et le secrétariat du SYNMAD pour vous assurer du meilleur accueil.

• Sur proposition du Dr Eric Vaillant, nous nous lançons dans «les Soirées Installations du SYNMAD».
La première se déroulera à Lille le 25 avril. D’autres suivront … La finalité n’est pas d’influencer la trajectoire professionnelle de nos jeunes consoeurs et confrères mais de leur donner des informations sur un mode d’exercice qui leur est souvent bien étranger.

• Enfin, avec l’AFIHGE, l’ANGH, la CDU HGE et le CREGG, nous lèverons le voile sur les 9èmes Journées Jeunes Gastros qui nous permettront d’accueillir mi décembre à Villiers le Mahieu, le temps d’un week-end, 35 à 40 jeunes hépato-gastroentérologues avec comme concept « tout ce que vous devez savoir sur la gastro, sans parler de science ».

Avec l’ensemble du conseil d’administration du SYNMAD, nous espérons que cette offre nouvelle répondra aux attentes de chacune et de chacun d’entre vous. Vos suggestions et remarques sont les bienvenues pour faire du SYNMAD, le syndicat assurant la défense des Hepato-gastroentérologues mais aussi un syndicat service visant à améliorer votre exercice quotidien.

Dr Franck DEVULDER
Président du SYNMAD

Chère Consœur, Cher Confrère, Cher(e) Ami(e),

Le SYNMAD – Syndicat National des Médecins de l'Appareil Digestif, vous propose de participer à des programmes DPC validants et indemnisés sur les EIAS - Evènements Indésirables liés aux Soins en Hépato-gastroentérologie libérale.

Ces programmes DPC, menés en étroite collaboration avec AFORSPE, organisme habilité à dispenser des programmes DPC par l'Agence nationale du DPC, vous seront proposés en soirée (19h00 – 23h00) dans les villes ci-dessous.

Ces soirées seront animées par :

  • Dr Franck Devulder – Médecin Hépato-Gastro-Entérologue à Reims
  • Mr Germain Decroix – Juriste spécialisé en droit de la santé et formateur en droit de la santé sur la responsabilité professionnelle à Paris

Pour compléter le programme, il vous sera proposé, avant et après la soirée, une phase d'analyse de pratiques professionnelles entièrement par internet depuis votre bureau.

Ces programmes DPC sont exclusivement proposés aux médecins Hépato-gastroentérologues libéraux.

Pour participer, nous vous remercions de vous inscrire selon les modalités précisées ci-dessous.

Vous remerciant à nouveau de votre participation,

Bien amicalement,

Franck DEVULDER
Président du SYNMAD

Dates Intitulé de la formation Ville Référence Action N° Session
Jeudi 26 Janvier 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Reims 14241700011 1
Mardi 28 Février 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Toulouse 14241700011 2
Mardi 14 Mars 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Marseille 14241700011 3
Mardi 4 Avril 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Nancy 14241700011 4
Mardi 16 Mai 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Lille 14241700011 5
Mardi 23 Mai 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Bordeaux 14241700011 6
Mardi 13 Juin 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Paris 14241700011 7
Mardi 27 Juin 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Rennes 14241700011 8
Mardi 26 Septembre 2017 Annonce d'un dommage lié aux soins Lyon 14241700011 9
 

Pour vous inscrire dès maintenant à ces programmes DPC : 

1.     Vous connecter à votre espace personnel sur le site www.mondpc.fr à l'aide de votre identifiant et votre mot de passe*

2.     Indiquer la Référence Action N° 14241700011 dans la rubrique "Recherche actions" et cliquer sur "Rechercher"

3.     Cliquer sur Détail Action de DPC en haut à droite de la page

4.     Descendre avec l'ascenseur jusqu'en bas de la page pour trouver le bouton "S'inscrire" à la Session sélectionnée

5.     Cliquer enfin sur "Valider"

Dès cette étape finalisée, vous serez pré-inscrit à ce programme et vous recevrez alors un message de l'AFORSPE vous demandant les pièces nécessaires pour finaliser votre inscription.

Pour tout renseignement, vous pouvez contacter :
Aurélie BIDAULT, chargée de formation AFORSPE : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Tél. 01 43 18 88 09

RAPPEL IMPORTANT : 
L'inscription est individuelle et doit obligatoirement être réalisée par le médecin s'inscrivant au programme sur le site www.mondpc.fr comme indiqué ci-dessus.


* Si vous n'avez pas de compte DPC, il vous faut le créer sur le site www.mondpc.fr en remplissant toutes les rubriques et en validant votre enregistrement avec votre identifiant, qui est votre adresse mail, et le mot de passe de votre choix. Avant de commencer, munissez-vous absolument de votre numéro RPPS (figurant sur votre carte de l'ordre ou sur votre carte CPS) et de votre RIB. Vous recevrez quasi instantanément confirmation par mail de votre enregistrement et de votre mot de passe. Cette opération conditionne la validité de toute la suite de votre démarche de formation y compris votre indemnisation.

La ROSP : J-1 !
Il ne vous reste plus que quelques heures pour renseigner sur Espace Pro vos indicateurs. Le 1er février, il sera trop tard. La ROSP (Rémunération sur Objectifs de Santé Publique) vous permet de valoriser vos efforts et de bénéficier d’une rémunération de votre engagement dans l’amélioration de la qualité des soins et des équipements de votre cabinet. Pour rappel, la ROSP des spécialistes en hépato-gastroentérologie repose sur le suivi de 12 indicateurs, dont 4 sont dédiés à l’organisation du cabinet, et 8 concernent la qualité de la pratique médicale. Dans l’hypothèse où vous ne pourriez pas renseigner vos indicateurs directement sur Espace Pro, vous trouverez les formulaires à compléter sur le site Ameli.fr.

Quel début d’année !
Alors que le Gouvernement et le Ministère de la Santé vivent leurs dernières semaines à la tête de la France, nos dirigeants redoublent d’énergie dans la publication de décrets tous plus impopulaires les uns que les autres.

Le projet de réforme du 3ème cycle des études médicales mené sans écoute ni concertation fait l’unanimité contre lui. Alors que le blue book réalisé par la section et les boards européens de gastro-entérologie et hépatologie fixe la durée de formation initiale à au moins 6 ans, alors que 7 internes en hépato-gastroentérologie sur 10 pensent impossible d’acquérir l’ensemble des compétences requises en 6 semestres, la mission coordonnée par le Professeur Benoit Schlemmer limite dans les faits la formation de nos futurs confrères à 6 semestres ! Alors que l’endoscopie française brille aux quatre coins du monde, alors que nos experts sont parmi les plus renommés, alors que les sociétés mondiales et européennes d’endoscopie digestive sont actuellement présidées par 2 français, le Dr Jean-François Rey et le Professeur Thierry Ponchon, alors que Videodigest est devenu le rdv incontournable des endoscopistes français mais aussi européens et nord américains, le Ministère de la Santé pousse pour la création d’une option en endoscopie thérapeutique ouverte aux chirurgiens digestifs ! Cela constitue une déclaration de guerre qui ne répond en rien aux besoins de la population. Il n’y a aucun problème d’accès aux soins en endoscopie. Là aussi, la voix de la gastroentérologie n’a pas été écoutée face à celle de quelques représentants du CNU de chirurgie et en particulier du Professeur Marescaux. Notre spécialité n’est pas restée les bras croisés face à ces menaces. Cependant, jusqu’ici, les voix du CNU, de la CDU HGE, du SYNMAD et de toute notre spécialité réunie au sein du CNP HGE n’ont eu que peu d’écoute auprès des conseillers des 2 ministères impliqués dans cette réforme. Même l’AFIHGE a jusqu’ici trouvé porte close … Il reste cependant quelques espoirs d’obliger la mission Schlemmer à réviser sa copie. Nous ne sommes pas les seuls à protester ! Nous devons constituer un front commun avec les anesthésistes réanimateurs et les cardiologues pour demander une ré écriture de ce projet. L’ISNI, longtemps resté silencieux, bouge et le fait savoir ! L’AFIHGE joue un rôle majeur au sein de l’ISNI et devrait proposer des actions qui pousseront le gouvernement à revoir sa copie. Du côté syndical, l’U.ME.SPE rencontrera le Professeur SCHLEMMER dans quelques jours.

Un décret sur l’Entyvio publié en début d’année en catimini qui fait grand bruit. Alors que les candidats à la Présidence de la République s’invectivent sur l’évolution de notre système de santé et sur la prise en charge du « petit risque », le Gouvernement s’attaque au « gros risque ». Ce décret, excluant de la liste des médicaments en sus l’Entyvio dans la maladie de Crohn, privera plus de 1000 patients atteints d’une forme sévère de cette MICI d’un traitement qui les stabilisait. A ce jour, malgré les retombées médiatiques du communiqué de presse du SYNMAD, malgré la lettre ouverte de l’AFA soutenue par toutes les composantes de la gastroentérologie, l’Etat reste impassible … Faudra t il une fois encore attaquer le Gouvernement en Conseil d’Etat comme le SYNMAD l’a déjà fait avec succès avec le Sofosbuvir ?

Le dépistage du cancer colo-rectal par le FIT. Les premiers résultats révèlent un taux de participation assez faible, estimé à 30%, chiffre proche de celui observé hier avec l’Hemoccult. Les résultats d’une étude menée en Ile et Vilaine montre qu’un renvoi postal permettrait un gain de 10%. C’est considérable. Cette lecture est partagée par l’Inca. Cependant, malgré les demandes incéssantes du Professeur Faivre, malgré l’insistance des gastroentérologues présents dans les diverses commissions, malgré l’appui du CNP HGE, là encore, le Ministère et plus particulièrement la Direction de la Sécurité Sociale (DSS) bloquent ! Et dire que la loi de modernisation de la Santé de Mme Touraine a mis l’accent sur le dépistage…

 

Dr. Franck DEVULDER
Président du SYNMAD

I - PREAMBULE - II - SITUATIONS PARTICULIERES - 1-Patient adressé par son médecin traitant « prescripteur » à un gastroentérologue « opérateur » - 2- Patient confié par un confrère de même spécialité n’exerçant pas dans la même structure

CONCLUSION ET SYNTHESE

JOURNAL

1.
Editorial - 2.
Actualités et informations - 3. Rubrique Questions/Réponses - 4. Annonce - 5. Remerciements à l’industrie - 6. A propos du Journal Electronique du SYNMAD



 

L’objectif des assurances est d’obtenir un résultat de qualité pour un cout supportable. Dans le domaine de la Santé cela s’affirme tous les jours. Même si par effet d’annonce pour attirer le chaland certains assureurs proposent des offres de circonstances, a moyen terme la mutualisation devra dans un budget Européen répondre à des critères Européens.

Nous devons nous préparer à ce système Européen de prise en charge du soin. Pour cela, il faut accepter une évaluation des connaissances et des pratiques validées sur le plan Européen. Ce système Européen du soin est le seul rempart aux inégalités démographiques et économiques. Son homogénéisation permettra d’éviter le nomadisme médical, sa validation contrôlée donnera toute assurance au patient de la qualité du soin dispensé.

Pour une fois l’Europe est en avance : Elle a mis en place un système de validation des formations et connaissances en Hépato Gastro entérologie. Et ce à plusieurs niveaux.

- 1° niveau : Dans le cadre du Programme de formation avec le Blue Book (thésaurus de formation disponible pour tous). Ce thésaurus est doublé d’un cahier de formation (log book) qui permet au Junior de noter sa formation, et de suivre sa progression.

- 2° niveau : les centres de formation peuvent demander un label de Formation Européen. C’est ce qu’a demandé et obtenu Monaco pour l’endoscopie digestive. C’est ce qu’a demandé et obtenu Limoges pour toute la filière hépato-gastro-entérologique. (Plus de 32 centres l’ont demandé et obtenu en Grande Bretagne, une dizaine en Allemagne, etc…)

- 3° niveau : un DIPLOME DE SENIOR reconnu pour toute l’Europe. Celui ci existe depuis maintenant trois ans.

Il avance à grands pas. Déjà soutenu par plus de 500 candidats, il a été choisi comme examen National de Sortie pour tous les Hépato Gastro-entérologues en fin de formation depuis 2015 en Suisse. Il en sera de même aux Pays Bas en 2017. La Pologne est sur les rangs pour 2018, ainsi que l’Insulaire Angleterre, faisant fi de tout impact du Brexit, devrait elle aussi en faire son examen de validation de la spécialité pour 2019.

Si de nombreux pays ont choisi cet examen comme examen de fin d’études de spécialité, c’est qu’il est organisé le même jour dans tous les pays d’Europe, Mais aussi que la qualité des questions est irréprochable dans la construction et la mise en place. Il peut être proposé à n’importe quel senior. D’autant que ce dernier aura compris que ce Diplôme sera très vite un passeport de mobilité supplémentaire.

Qui plus est en cette période de décrets absurdes qui mettent en péril toute la cohésion de la spécialité, (cf. décret 2016-1597 du 26 Novembre 2016 au J.O. : diminution drastique des postes de chefs de clinique, formation qui stagne à 4 ans, apparition d’une formation de chirurgie endoscopique sortie d’on ne sais ou ?)) ce « diplôme Européen » pourrait bien renforcer de façon inattendue et puissante notre reconnaissance au sein de l’Europe. Il peut nous aider aussi à garder une cohérence à notre spécialité «intra-muros». Je ne saurais que trop vous stimuler à ce qu’un maximum de jeunes chefs de clinique , PH, MCU, ou autres jeunes seniors libéraux passent cet examen . Ils pourront alors brandir ce diplôme européen comme un outil de promotion et pourquoi pas comme une arme de guerre devant nos tutelles.

Dr Jean-Paul JACQUES
Président de la Section Européenne de Gastro entérologie et d’Hépatologie
Janvier 2017

Alors que les membres de l’équipe du Ministère de la Santé devrait, selon toutes vraisemblances, quitter leurs fonctions respectives au mois de mai prochain, alors que nombre d’entre eux sont déjà en train de se replacer dans les différentes administrations, le Ministère de la Santé continue à briller par son dogmatisme, ses incohérences et l’incompétence des décisions prises. Nous reviendrons prochainement sur celle qui bloquent la relance postale du test de dépistage du cancer colorectal par recherche immunologique de sang dans les selles (FIT). Les données de la littérature sont maintenant claires et un gain de participation de plus de 10% est observé en cas de relance postale. Le Professeur Jean FAIVRE ne cesse d’alerter les pouvoirs publics sur ce sujet mais la Direction de la Sécurité Sociale ferme, jusqu’à aujourd’hui, la porte à cette stratégie qui permettrait d’économiser plusieurs centaines de cancers chaque année en France et rendrait cette campagne de dépistage efficace.

Le Ministère de la Santé a publié au Journal Officiel deux arrêtés concernant, pour le premier la prescription de ZEPATIER® dans le traitement des patients infectés par le virus de l’hépatite C et pour le second concernant la prescription d’ENTYVIO® dans le traitement des maladies inflammatoires intestinales.

En ce qui concerne le ZEPATIER ®, le Journal Officiel prévoit de subordonner l’initiation du traitement à la tenue d’une réunion de concertation pluridisciplinaire et ce uniquement pour les patients :

- En échec d’un premier traitement antiviral d’action directe

- Insuffisants rénaux, hémodialysés chroniques ou transplantés rénaux

- Ayant une cirrhose grave, compliquée, MELD > à 18 ou avec facteurs d’aggravation ou ayant des antécédents de cirrhose grave

- En pré ou post transplantation hépatique

- Ayant un carcinome hépatocellulaire ou un antécédent de carcinome hépatocellulaire

- Co infectés par le VIH, le VHB ou un autre virus à tropisme hépatique

- Dont l’état de santé ou le traitement peut interférer avec la prise en charge de l’hépatite C

Pour les autres patients infectés chroniques par le virus de l’hépatite C de génotype 1 et 4, la prescription de ZEPATIER ® peut se faire en dehors d’une RCP. Cela positionne ce médicament en situation de monopole par rapport aux autres traitements. Alors que la Ministre de la Santé avait enfin annoncé que les RCP devaient être réservées aux cas complexes, elle n’a toujours pas levé cette obligation de RCP pour les autres antiviraux d’action directe que le ZEPATIER ®. Il est urgent que Madame TOURAINE puisse lever cette obligation systématique de RCP et les réserver à la discussion de cas complexes.

Le 2ème arrêté du 5 janvier 2017 paru au Journal Officiel du 10 janvier 2017 concerne l’ENTYVIO®. L’ENTYVIO® était inscrit dans la liste en sus uniquement pour l’indication du traitement de la rectocolite hémorragique active modérée à sévère chez des patients adultes en échec des corticoïdes, des immunosuppresseurs et des anti-TNF. Dans le cas de la maladie de Crohn en échec d’anti-TNF, l’ENTYVIO devra donc être pris en charge par le budget hospitalier dans le cadre d’un GHS. Cette décision est choquante et injustifiée. Choquante car plusieurs centaines de patients atteints de maladie de Crohn sont stables sous ce traitement. Une telle décision risque de devoir arrêter ces thérapeutiques alors qu’aucune alternative ne peut médicalement leurs être proposée. Décision injustifiée au regard des derniers essais thérapeutiques. De toute évidence, le rapport de la HAS n’a analysé que l’étude GEMINI 2 où en induction jugée à 6 semaines, l’efficacité de l’ENTYVIO était décevante dans la maladie de Crohn alors qu’elle était patente en entretien. Depuis, l’étude GEMINI 3, où l’induction était jugée à 10 semaines, a cette fois montré un résultat significatif pour l’ENTYVIO qui est une molécule d’action lente. Cette décision a conduit l’Association François AUPETIT et l’ensemble de la gastroentérologie réuni au sein du CNP HGE à réagir auprès des autorités compétentes. Elle a conduit également le SYNMAD à publier un communiqué de presse demandant de toute urgence une modification de cet arrêté.


Nous ne relâcherons pas la pression sur un Ministère qui nous maltraite tant dans l’application de certains aspects de la loi de modernisation de la santé combattue par tous les médecins que dans une réforme dogmatique du 3ème cycle des études médicales très dangereuses pour l’hépato- gastroentérologie et les patients atteints de maladie de l’appareil digestif que dans les enjeux du dépistage du cancer colo-rectal ou l’accès aux soins de patients souffrant de MICI ou d’hépatite chronique C. Les deux arrêtés évoqués sont parus sans concertation. Leur application pénalise l’accès aux soins des patients les plus lourds. Alors que les débats politiques actuels opposent les candidats à la présidence de la République sur la façon dont la société pourrait gérer le risque faible en santé, le Ministère de la Santé actuel se retire de la gestion du risque élevé de patients lourds atteints de maladie digestive complexe. Jusqu’au dernier jour, nous aurons à cœur de défendre l’intérêt de nos patients en demandant une réécriture de ces deux arrêtés.

 

Dr. Franck DEVULDER
Président du SYNMAD

Page 1 sur 17